La liberté de culte face aux restrictions imposées lors de la pandémie de COVID-19

En 2020, l’abattage rituel comme la crise du coronavirus ont interrogé les limites entre liberté de croyance et de pratique d’une part, et droit de l’État à légiférer sur base de principes qu’il considère supérieurs au droit à la liberté de religion d’autre part. Cette question a été cruciale durant l’année écoulée selon le neuvième rapport de l’Observatoire des Religions et de la Laïcité (ORELA).

Comme chaque année, l’Observatoire des Religions et de la Laïcité de l’Université libre de Bruxelles (ORELA) fait paraître son rapport sur l’état des religions et de la laïcité en Belgique. Fort de 166 pages, ce rapport propose une analyse de ce qui a fait l’actualité des religions et de la laïcité en Belgique durant l’année dernière. Il vise à fournir un état des lieux actualisé des dynamiques religieuses institutionnelles et communautaires, des croyances et pratiques de la population, de la législation belge et de son application, tout en garantissant leur mise en contexte historique et sociologique.

Ce rapport met en évidence les contrastes d’un paysage convictionnel extrêmement diversifié. Le pluralisme de la société belge, qui consistait autrefois en un face à face entre catholiques et libres penseurs, connaît d’importantes mutations : l’islam, les églises protestantes-évangéliques et les églises orthodoxes se développent de façon continue ces dernières années alors que le catholicisme, en perte de vitesse depuis plusieurs décennies, demeure la religion la plus répandue en Belgique.

On notera aussi parmi les observations réalisées en 2020 que l’abattage rituel comme la crise du coronavirus ont interrogé les limites entre liberté de croyance et de pratique d’une part, et droit de l’État à légiférer sur base de principes qu’il considère supérieurs au droit à la liberté de religion d’autre part.

Les données collectées depuis plusieurs années par l’Observatoire permettent aussi de suivre l’évolution des financements publics octroyés aux cultes et à la laïcité organisée. Il apparaît ainsi que le culte catholique occupe toujours 80 % des postes de ministres du culte. Si le nombre d’imams connait une hausse constante, celle-ci demeure toutefois largement inférieure à ce qu’elle devrait être compte-tenu du dynamisme des communautés musulmanes locales ou des chiffres de fréquentation des cours de religion organisés dans l’enseignement officiel.

Ce rapport offre aussi une série de données qui mettent en lumière à la fois la vitalité des religions dites « minoritaires » et une forme de « volatilité » du religieux contemporain, en particulier parmi les jeunes générations, permettant d’illustrer la constante reconfiguration du phénomène religieux à l’oeuvre dans notre pays.

https://actus.ulb.be/fr/actus/recherche/la-liberte-de-culte-face-aux-restrictions-imposees-lors-de-la-pandemie-de-covid-19

Ce site utilise des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site. Plus d'informations. |