Les NARC Fellows 2021 sont connus !

Le Conseil d’Administration de l’UNamur vient d’octroyer quatre « fellowships NARC » à quatre de nos chercheurs ayant reçu un Mandat d’Impulsion Scientifique (MIS) en janvier dernier. L’objectif de ces fellowships est de saluer les distinctions reçues et de proposer un soutien logistique et institutionnel dans leur travail.

Chaque début d’année académique, le Conseil d’administration octroie un statut de « Fellow NARC » à des chercheurs faisant preuve d’un CV de recherche de haut niveau. Cela implique qu’ils aient reçu récemment un prix ou un financement prestigieux - mandat d’impulsion scientifique (MIS) du FNRS ou une distinction « professeur Francqui » - ou qu’ils ont été sélectionnés pour la dernière étape pour un ERC Starting ou Consolidator Grant du programme H2020 de l’UE.

Le fellowship leur est accordé pour une période de 2 ans, d’octobre 2021 à octobre 2023.

Focus sur les 4 nouveaux fellows NARC

  • Anne-Catherine Heuskin (Institut NARILIS, département de physique) s’intéresse aux nanoparticules d’or, qui ont déjà prouvé leur efficacité dans le contexte de la protonthérapie. Avec l’ouverture programmée d’un nouveau centre à Charleroi, il est essentiel de comprendre l’impact de l’utilisation de ces particules et des particules chargées en général sur les cellules immunitaires dans le traitement du cancer.
  • Yoann Olivier (Institut NISM, départements de chimie et physique) s’intéresse à la compréhension des processus dépendant du spin de l’électron qui conduisent à l’émission de lumière dans des matériaux moléculaires afin d’aider à l’amélioration du rendement des diodes électroluminescentes organiques (OLEDs). Dans le projet IMAGINE, il développera une approche computationnelle multi-échelle qui permettra de sonder ces processus à l’échelle moléculaire. Sa recherche vise à combler un vide dans le domaine de l’organique électronique et ainsi ouvrir des perspectives de nouvelles stratégies de design de matériaux innovants.
  • Henri-François Renard (Institut NARILIS, département de biologie) va combiner des outils de pointe en biologie cellulaire, microscopie et protéomique, et des approches biophysiques innovantes pour tenter de mieux comprendre les dysfonctionnements des mécanismes endocytiques, qui sont impliquées dans diverses maladies génétiques, neurodégénératives, et des cancers.
  • Denis Saint-Amand (Institut NaLTT, département de langues et littératures françaises et romanes) va explorer les « écrits sauvages de la contestation » en France entre 2016 et 2022, soit les tags, pancartes, banderoles et collages par lesquels des citoyens investissent l’espace public pour dénoncer des situations sociopolitiques qu’ils jugent insupportables. Le chercheur estime qu’on a tout à gagner à croiser les outils du sociologue et du littéraire pour étudier les conditions d’émergence de ces productions, leurs formes, leurs logiques, les supports qui les accueillent et la façon dont ils travaillent l’imaginaire contemporain. Ce projet favorisera la création d’un Observatoire des Littératures Sauvages (OLSa) à l’UNamur.

Le Mandat d’impulsion scientifique (MIS) vise à soutenir de jeunes chercheurs permanents désireux de développer une unité scientifique au sein de leur institution universitaire dans un domaine d’avenir. Leur programme de recherche se distinguera par son originalité et sa nouveauté. Le chercheur fera montre d’autonomie scientifique par rapport aux travaux menés au sein de son laboratoire de rattachement ceci afin de lui permettre d’acquérir son indépendance scientifique.

Félicitations à eux !


Ce site utilise des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site. Plus d'informations. |