Une surestimation de l’impact du chalutage de fonds océaniques pourrait biaiser l’utilisation des crédits carbone par les états

En 2021, un article publié dans Nature, faisait les gros titres dans le monde car il assimilait le carbone libéré par la perturbation des fonds marins due au chalutage de fond à la quantité de CO2 générée par l'industrie mondiale du transport aérien. Aujourd'hui, un article, également publié dans la prestigieuse revue, réfute ces conclusions. Les auteurs, notamment issus de l'Université libre de Bruxelles, craignent que l'utilisation de chiffres exagérés concernant le chalutage augmente les émissions globales de CO2 tout en réduisant l'approvisionnement alimentaire mondial.
account creation

TO READ THIS ARTICLE, CREATE YOUR ACCOUNT

And extend your reading, free of charge and with no commitment.