«Mon métier c’est de vous dire que tout est possible» Julos Beaucarne

L’UCLouvain rend hommage à Julos Beaucarne , en lui consacrant une exposition, la première à 100 % dédiée à l’artiste en Belgique. L’objectif d’UCLouvain Culture - Faire le lien entre les combats emblématiques de l’artiste et la jeune génération. Parce que son message est plus que jamais actuel. L’idée est de véhiculer ses idées, pour permettre à la jeunesse d’y puisera des réponses pour construire le monde de demain. Un monde plus juste, plus résilient, plus humain.

L’écologie, le féminisme, la résilience, autant de leitmotiv dans l’oeuvre de Julos Beaucarne. La preuve ?

  • « La révolution passera par le vélo ! »
    Julos Beaucarne a été précurseur de la prise de conscience écologique. Amoureux de la nature et du vivant, il s’affirme dès les années ’70 comme un défenseur de la planète. Au travers de nombreux textes mais aussi par ses actions : il crée le FLAF (Front de Libération des Arbres fruitiers) en réaction à la loi récompensant les agriculteurs qui arrachent leurs arbres fruitiers au nom de l’Europe Agricole ; il fait l’apologie des énergies renouvelables  ; il s’engage et parraine de multiples initiatives en faveur de la biodiversité.
     
  • « Il faut s’aimer à tort et à travers. »
    Julos Beaucarne croit profondément en la vie et en l’amour. Dans la nuit qui suit l’assassinat de sa femme Loulou en 1975, il écrit une lettre magnifique, un puissant symbole de sa résilience. Elle fera le tour du monde.
     
  • « Le Wallon, c’est le latin venu à pied du fond des âges. »
    Julos Beaucarne est un fervent défenseur du wallon et de la francophonie. En 1981, il enregistre « La petite Gayole  », chanson populaire qui devient rapidement un hymne wallon. Elle retentit d’ailleurs toutes les heures, depuis le carillon de la Grand-Place de Louvain-La-Neuve, suite à un partenariat avec le département de musicologie de l’UCLouvain.
     
  • « La poésie n’est pas que belle, elle est rebelle. »
    Julos Beaucarne s’est toujours engagé pour l’humain en restant à l’écart de toute idéologie politique. Ses textes portent un regard particulier sur les conflits des XXe et XXIe siècle : ils permettent de replonger dans l’époque pas si lointaine où l’homophobie, l’inceste, le sida ou les violences faites aux femmes étaient encore tabou. L’artiste s’insurge contre la cruauté des hommes mais revient toujours à son leitmotiv : opposer l’amour à la haine.

L’exposition proposée par l’UCLouvain met en exergue ces combats, par le biais de textes, photos, objets et vidéos.


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |