Plafonner le prix de l’électricité : pas si simple

Face à la flambée des prix de l’énergie, la Commission européenne a plafonné celui de l’électricité à 180 EUR/MWh. Un mécanisme qui repose sur la récupération d’une partie du bénéfice réalisé par les producteurs d’électricité qui n’est pas à base de gaz.



« Plafonner le prix du gaz n’est pas simple car nous ne le produisons pas. Plafonner le prix de l’électricité est plus réaliste car elle est produite en Europe mais le mécanisme de marché en oeuvre est aussi réformable. Aujourd’hui, il fixe le prix de gros de l’électricité sur la dernière centrale mise sur le réseau pour équilibrer offre et demande. Et c’est souvent une centrale à gaz, dont le coût de fonctionnement explose aujourd’hui », expliquent Charles Cuvelliez, Pierre Henneaux et Patrick Claessens, spécialistes de ces questions à l’École Polytechnique.



Le système ibérique, qui consiste à ne subventionner que le gaz utilisé pour faire tourner les centrales à gaz, entraînant mécaniquement les prix de gros vers le bas, semble donc une piste intéressante. « La Commission a proposé aux États membres de récupérer chez eux le bénéfice un peu surfait des producteurs à base de renouvelable, nucléaire, biomasse... » Elle plafonnera donc à 180 EUR/MWh le prix de vente de cette électricité sur le marché de gros et récupérera la différence après coup. « Le système du coût marginal favorise les énergies renouvelables, ne l’oublions pas. Le plafond de 180 EUR/MWh reste encore très intéressant pour ces producteurs. »