Trois doctorants rejoignent le Collegian Board de l’Institut NARILIS

De gauche à droite : Sarah Mathieu, Christoph Schifflers and Laure Morimont.De gauche à droite : Sarah Mathieu, Christoph Schifflers and Laure Morimont.

En intégrant trois doctorants à son organe décisionnel, NARILIS espère mieux comprendre leurs besoins et leurs attentes, et souhaite tenir compte de leurs remarques lors de l’élaboration de son plan d’action. Pour les doctorants, c’est une opportunité unique de se faire entendre et de participer activement au développement de l’institut des sciences de la vie namurois.

L’Institut NARILIS avait lancé un appel au recrutement de jeunes chercheurs pour aider les membres du Collegian Board dans leurs efforts pour développer et poursuivre des objectifs significatifs. Les missions du Collegian Board de l’Institut NARILIS sont de définir des objectifs stratégiques et des actions à cet égard et notamment :

  • De favoriser la recherche interdisciplinaire,
  • D’accroître les interactions entre l’UNamur et le CHU UCL Namur afin de faciliter le partage d’expertise et de ressources,
  • D’accroître la visibilité et l’attractivité de l’institut,
  • De soutenir les jeunes chercheurs en leur offrant un environnement de recherche et de formation de qualité,
  • D’organiser des événements scientifiques,
  • De stimuler le sentiment d’appartenance à l’institut et favoriser la solidarité entre chercheurs.

Sarah Mathieu

Titulaire d’un master en sciences biomédicales de l’UNamur. Pendant ses études, elle intègre l’équipe du Pr Nicolas Gillet (UNamur, URVI) qui s’intéresse aux APOBEC3, des protéines antivirales constituant la première ligne de défense contre de nombreux virus. Elle y réalise un mémoire de master sur l’expression d’APOBEC3B durant une infection adénovirale. Passionnée par le sujet, elle décide de rester dans le groupe de Nicolas Gillet et débute sa thèse en octobre 2021 grâce à une bourse de doctorat FNRS FRIA. Sa recherche doctorale vise à explorer davantage le rôle de l’effecteur inné antiviral APOBEC3B sur la réplication des adénovirus sauvages (forme naturelle) et des vecteurs adénoviraux (forme génétiquement modifiée du virus sauvage, capable d’infecter les cellules, de se répliquer et de former de nouveaux virus).

Christoph Schifflers

Titulaire d’un master en Biochimie, Biologie Cellulaire et Moléculaire de l’UNamur. Il a rejoint l’équipe du Pr Carine Michiels (UNamur, URBC) en tant qu’étudiant en master et a eu l’opportunité de travailler sur un projet intitulé "X-ray irradiation for immuno-modulation in head and neck cancer", combinant ses sujets de prédilection - oncologie, immunologie et radiothérapie. Depuis octobre 2019, Christoph est doctorant Télévie, inscrit en thèse de doctorat en cotutelle au Centre allemand de recherche sur le cancer DKFZ (Dr Angelika Riemer) et à l’UNamur (Pr Carine Michiels). L’objectif de ses recherches est d’étudier les effets immunogènes et immunosuppresseurs de la radiothérapie à particules chargées et de la radiothérapie conventionnelle avec des rayons X dans le cancer de la tête et du cou induit par le VPH et non induit par le VPH.

Laure Morimont

Après avoir été diplômée en Sciences pharmaceutiques de l’UCLouvain en 2018, Laure Morimont a débuté son doctorat à l’UNamur sous la direction du Pr Jonathan Douxfils et du Pr Jean-Michel Dogné (UNamur, Département de Pharmacie). En 2019, elle rejoint le programme « Doctorat en entreprise » du SPW Recherche, au sein de QUALIblood, une spin-off de l’UNamur spécialisée dans les investigations sanguines et les tests d’hémocompatibilité. Elle travaille sur le projet HIC (Hormone-induced Coagulopathy), dont le but est d’introduire en routine clinique un test capable d’évaluer le risque prothrombotique chez les femmes utilisant une hormonothérapie. Grâce à cette expérience, elle développe une formation académique avec une perspective industrielle. En décembre 2019, elle a remporté le Belgian Medtech Booster.

NARILIS - Namur Research Institute for Life Sciences

Les recherches menées au sein de l’Institut NARILIS visent à engendrer de nouvelles connaissances scientifiques et médicales au bénéfice du patient.
La recherche fondamentale dans le domaine des sciences de la vie est indispensable pour améliorer la compréhension du fonctionnement normal et pathologique de l’organisme humain. Cette recherche exploratoire ouvre la voie à des progrès importants dans la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies. Les chercheurs de l’Université de Namur ont développé des collaborations étroites avec le pôle hospitalier du CHU UCL Namur. Ces interactions privilégiées permettent de créer des ponts entre recherche fondamentale et pratique clinique, et de travailler de manière translationnelle. D’une part, les questions soulevées par les cliniciens vont aiguiller les scientifiques vers de nouvelles pistes de recherche. D’autre part, certaines découvertes scientifiques vont pouvoir être traduites en applications cliniques et in fine améliorer les soins prodigués aux patients.
NARILIS contribue notamment à la lutte contre le cancer, les maladies infectieuses, la thrombose, le diabète, l’obésité, les maladies inflammatoires, les troubles du système nerveux, les maladies de la peau et les conséquences du vieillissement. L’Institut mobilise également son expertise et ses ressources pour répondre aux urgences sanitaires, comme la pandémie de Covid-19.